google0b0f2e5d80efea36.html soleil et érotisme

BLOG

Bienvenue dans  mon blog !

N'hésitez pas à vous inscrire dans la fenêtre ci-dessous,

et à devenir membre pour participer dans le Forum !

Vous pouvez me contacter ici !

Au plaisir de vous lire, June Summer

Rechercher

Je relis la chronique d' Alvyane Kermoal de mon livre « Elles », que je relis avec ravissement. Quel plaisir pour moi de voir cet ouvrage ainsi bien compris, apprécié, et partagé ! Merci Alvyane, et bonne continuation en tant que chroniqueuse et autrice, ta sensibilité et pertinence sont tes grandes qualités dans ces deux domaines !

Je suis d'autant plus ravie, que ce livre reste un peu méconnu, alors que je l'ai écrit sous l'influx d'une inspiration galopante. Je décrirai cela dans mon prochain post. En attendant, voici donc la chronique d'Alvyane.

 

« Voici une nouvelle chronique pour vous donner envie de vivre des aventures érotiques à travers les mots d’une auteure pleine de charmes et de rêves.

J’ai nommé June Summer

Voilà, une nouvelle auteure que j'aurai rencontré dans les rues de Paris, plus précisément dans un petit restaurant, grâce à mon Autre.

L’histoire est peu banale, il faut bien le reconnaître. J'ai lu une de ses œuvres, mais comme vous le savez, je n’ai pas accroché du tout, ne parvenant même pas à aller au bout du livre. Comme il y avait une rencontre d’auteurs et lecteurs sur Paris où nous nous rendions, il fut facile, lors du salon du livre de Paris, de retrouver June, mon Autre la connaissant.

La rencontre fut très différente de ce que j'imaginais et mon franc parler ne m'a pas aidé. Après discussion, j’explique à June pourquoi je n’ai pas aimé son œuvre et nous voilà à nous découvrir grâce à ce livre que je n’aime pas. MAGIQUE !

Elle m'offre donc « ELLES, Contes et histoires érotiques », le dernier exemplaire qui lui reste du salon, avec une petite dédicace… et moi, avec ma légendaire diplomatie lui dis que je serai franche sur ce que je ressentirai pour ce livre de nouvelles.

Alors ? Me direz-vous.

C'est simple, j'ai fait des voyages à travers les divers sentiments que l'on peut ressentir dans ce livre. C'est un panel incroyable, où la magie se mêle parfois à la réalité. « Elles » sont fortes de manières différentes, elles vivent leurs fantasmes ou leurs quêtes avec une intensité incroyable. Les larmes ont coulé le long de mes joues, car la mort est aussi de la partie. Le poème « Il ne m'aime plus » m'a vraiment troublé et j'ai ressenti un désespoir sans fond, au point d'éclater en sanglots.

Quant aux défis de Jill, j'ai détesté. Cette soumission me révolte et je n'ai pas pu empêcher ma nature profonde de rejeter, ces images. J'ai éprouvé de l'incompréhension, mais aussi de la colère. C'est si bien écrit que cela ne peut pas laisser indifférent. Ceux qui aiment les scènes de soumission et de domination seront époustouflés, par la qualité des scènes et des réactions, des questionnements de Jill.

Eh oui, quand je dis que je déteste, entendez par là un compliment de ma part, surtout en écriture. On m'a dérangé, on m'a bousculé, on m'a obligé à sortir de ma zone de confort.

C'est écrit magistralement.

Alors, j'ai beaucoup souris dans ce livre, car on part dans les quêtes d'une chamane, on envie la touriste qui trouve une certaine petite boite d'étain qui nous échauffe l'esprit, sans parler de Fleur qui se mire dans le miroir et qui... non, non... je ne vous en dirais pas plus.

Oups... si... ne lisez pas ce livre d'une traite ! Il est a apprécié en petite dose. Prenez un texte en fonction de votre état d'esprit, comme un jeu, comme une carte pour décider de ce que seront fait vos rêves cette nuit. C'est ainsi qu'il faut le lire... c'est un livre de contes... de divers contes.

Un livre à lire peut être à deux... »

Je respire.

Quand il est loin c'est comme un abandon...

Je soupire.

Quand il m'embrasse c'est comme une fête...

Je l'inspire.

Quand il me prend c'est comme un dû auquel J'aspire.

 

Quand ses lèvres me touchent c'est comme

un feu.

Quand ses mains approchent mon cœur il est heureux.

Quand son sexe entre en moi nous sommes

des dieux.

Quand nous ne faisons qu'un alors nous

étions deux.

 

Enfin nos corps mêlés sont liés dans la danse,

Enfouis l'un en l'autre, mêlés comme en transes,

Nous retombons alors dans la plus belle enfance.

Celle des lèvres accolées pour l'union la plus intense…

Notre mouvement de va-et-vient commence,

Ondulatoire et hypnotique, érotique, c'est Byzance.

Unis dans le plaisir grandissant de nos sens,

Nous allons jusqu'à notre immense jouissance

   Un dimanche pluvieux suscite parfois, si l'on a la chance d'être seuls tous, tous-tous les deux... quelques rencontres furtives ou torrides, quelques ébats, sensuels, des rires, des soupirs, des baisers, des coïts parfois vécus très différemment selon si on est Elle ou LUI...

D'abord, vous connaissez peut-être la blague suivante :

 

L'homme a deux cerveaux, mais pas assez de sang pour irriguer les deux en même temps...

tandis que la femme a un cerveau, relié à toutes les parties de son corps, y compris le sexe.

Challenge !

 

J'en ai déjà un peu parlé, pour développer l'idée que nous sommes très-très différents et complémentaires, et que les relations sexuelles, sensuelles, partent tout de même d'un défi de taille, comment concilier ces fonctionnements si différents ???

 

Développons cette idée, et voyons comment cela se passe si l'on savait ce que chacun éprouve et pense...

 

Imaginons un couple qui se croise, dans la cuisine...

Ils ont déjà bien profité l'un de l'autre la veille, et ce souvenir les fait sourire... mais elle a un petit souci, des peluches se sont accrochées à son jogging quand elle faisait sa gym du matin sur le tapis.

 

- Attends, je m'en occupe ! fait-il avec un regard sur les fesses bombées de sa belle qui se penche pour qu'il puisse s'occuper de son problème. Elle s'appuie sur le plan de travail, et se cambre un peu...

Lui se met à passer avec application le rouleau anti-peluche sur ses fesses pendant qu'elle offre son cul aux bons soins si obligeamment offerts. On devine lequel des deux cerveaux masculins, se met en état d'irrigation ? Si on Lui demandait brusquement s'il a bien fermé la porte de sa voiture à clé, il ne pourrait répondre, n'est-ce-pas ?

 

Tandis chez Elle, certes l'excitation grandit, elle le constate :

- Oh c'est cool ce truc, très excitant, je n'avais pas pensé que cela serait si agréable...

- Ah oui... ?

- Oui, c'est fabuleux, cela donne des sensations divines ici et làààà... minaude-t-elle en se cambrant... Oui, les fesses sont si sensibles, que le passage sur l'arrière des cuisses se révèle des plus érotisants...

 

L'excitation est palpable, ces deux-là vont bientôt laisser tomber le rouleau, et passer à d'autres choses. Lui s'appuie en rythme contre ses fesses, il commence à raidir, son autre main se crispe à a hanche, à son épaule, saisit ses cheveux pour la ramener contre son bas- ventre, contre son pieu... Il n'a qu'un cerveau en état de marche et ce n'est pas celui qui remarque des détails futiles, c'est celui qui se prépare à l'action...

 

Elle frétille contre lui, tout cela est très excitant, « Mhmm... se faire prendre ainsi à l'improviste, j'adore... Oh, tiens, y a des miettes sous la machine à café, et même une pâte, ce n'est pas de hier on a mangé autre chose, faudra que je nettoie, mais si je le fais maintenant il va se vexer... mais franchement je ne vois plus que ça... »

Je m'arrête là, à vous d'imaginer la suite...

Feront-ils l'amour là, dans cette cuisine ? C'est très possible, oh quelle jolie scène... !

 

Arrivera-t-elle à oublier les miettes, et à se laisser aller, peut-être faudra-t-il fermer les yeux, pour oublier ce détail si dérangeant... ?

 

Ou demandera-t-elle une pause ? Il pourrait comprendre qu'elle n'est pas comme lui, et que tant que ces miettes seront devant ses yeux, elle ne pourra pas se laisser aller, et que son orgasme, ses orgasmes, en sera-seront gâchés ?

 

Se fâcheront-ils comme certains couples, parce qu'elle est trop compliquée, et qu'elle n'avait qu'à faire comme Lui ? ou parce qu'il aurait dû penser à faire le ménage avant en pensant comme Elle... ?

 

Nous voici au cœur du mystère infini et complexe de l'amour dans le couple, des différences...

De nombreuses femmes remarquent tous les détails, même en faisant l'amour, oui je le jure ! J'en connais une qui jouit encore plus quand tout est beau autour d'elle : un tableau au mur, une plante aux feuilles qui vibrent dans la lumière, une lumière douce, une musique planante, peuvent la conduire à l'extase, pendant qu'ils jouissent... De même la poussière au plafond, un bruit de fond désagréable, du désordre dans la pièce vont la perturber, au grand dam de son zhom, concentré sur l'unique sujet du moment, sexuel !

 

La clé du succès ? En parler, en rire, et se connaître... Négocier...

Bon on nettoie les miettes ou on se déplace ?

Tu veux une fessée pour les oublier ?

Si je t'assieds sur ce plan de travail, c'est bon ?

 

Je vous ai vanté l'amour au soleil dans le post précédent, et nous avons eu tous une période de pluie battante, grêle et trombes d'eau en plein mois de juin... je crois que mes histoires du Cap d'Agde causent des perturbations climatiques !

Mais je m'adapte...

La pluie c'est très sensuel aussi, surtout quand on est créatif... Bien sûr, si elle est froide, il faut s'abriter, se réchauffer, sauter sur l'occasion, chic, il pleut. !

Positiver, jouer pour jouir, quel que soit le temps... Et si la pluie est glacée, on se met à l'abri, sous la couette, et on écoute la pluie tomber... et pourquoi pas en lisant un extrait d’Elles, où deux amoureux s'unissent... sous l'eau !

June qui aime tous les temps.

L'EAU C'EST LA VIE...

 

 

 

Extrait de « de « Elles » :

 

Jaspe se dévêtit rapidement, laissant ses vêtements sur le sol avec ses armes par-dessus afin de les saisir rapidement en cas de besoin, puis testa l'eau de la pointe du pied. Celle-ci était tiède et très attirante, la jeune femme avança prudemment, ne voyant rien dans l’obscurité.

Elle sentait le sol sablonneux s'abaisser rapidement sous ses pieds ; elle dut se mettre à nager, puis elle plongea pour se nettoyer complètement, frottant ses cheveux et les agitant sous l'eau afin de se libérer des sueurs de l'accouplement avec la Bête.

Elle nagea longuement, se régénérant corps et âme, dans cette eau mystérieuse. Elle se sentait bien, en harmonie avec elle-même, ce qui lui manquait depuis si longtemps.

Puis elle remarqua une lumière diffuse au fond du lac, douce et claire. Curieuse malgré son appréhension, Jaspe plongea plus profondément, se dirigeant vers celle-ci. Plus elle avançait, plus la lumière était forte, l'attirant comme un aimant. La jeune femme se demanda s'il fallait reculer, mais elle sentit un courant l'emporter vers cette lumière, elle ne pouvait plus résister… Elle descendit en suivant les flux sous-marins qui l’emportaient inexorablement, tandis que ses poumons commençaient à manquer d’air.

Jaspe parvint en flottant dans les eaux jusqu’à une tour de pierre blanche, étrange et belle, posée sur le fond du lac. La lueur issue de ses fenêtres en ogive brillait comme un halo autour de celle-ci, dans un rayon d'une centaine de mètres, formant un genre de cloche dorée, dans laquelle pénétra Jaspe. À bout de souffle elle ouvrit la bouche, paniquée et croyant se noyer, elle avala… de l'air ! Abasourdie, elle constata que cette zone de lumière était faite d'une eau étrange qu'elle pouvait respirer. Jaspe se déplaça vers une porte tout près qu'elle franchit toujours en nageant.

Elle se trouva dans un bel espace clair et harmonieux, avec d'étranges meubles faits de corne et d'écailles de tortues qui semblaient faits pour s'allonger ; c'étaient une sorte de grands lits en forme de coquilles géantes. Elle se demanda quels êtres pouvaient vivre ici ?

Elle perçut alors une présence derrière elle : deux mains chaudes et fortes la prirent à la taille, une bouche brûlante se colla à sa nuque, un grand corps la plaqua contre un mur. Effrayée, elle se raidit, puis sous les caresses ardentes se laissa aller ; elle n'avait aucune arme sur elle et se trouvait dans un endroit totalement inconnu, elle devait donc suivre le courant des événements. Elle repoussa sa peur au fond de son ventre et attendit.

Les mains la caressèrent avec douceur et force, ardeur et sensualité, la bouche se déplaçait le long de sa nuque, descendant jusqu'à ses reins, des dents la grignotèrent à cet endroit si sensible que son corps apprécia aussitôt. Ses hanches prises de folie se mirent à onduler, son ventre se creusa de désir et la peur qui y était contenue se transforma en désir impérieux, son cul se releva sous la caresse insistante, elle gémit, fouillée de décharges de plaisir qui montaient jusqu'à son cerveau. »

Ce week-end fut magique...

Je n'ai pas rencontré d'amant, je n'ai pas vu mon chéri, ce fut un week-end entre femmes...

Je sais que de nombreux lecteurs masculins dressent l'oreille, et le... N'est-ce pas Ge... ? ou Kr. ?

Rien de plus excitant pour de nombreux hommes que d'imaginer des femmes entre elles. Chuchotements et confidences, et qui sait... Caresses et frôlements, Eh oui, parfois danses impudiques, je peux le dire, oui cela peut arriver...

Je vais vous raconter mon vendredi ; pour samedi, ce sera pour le prochain post, hihi...

Mesdames, soyez attentive, si vous ne l'avez tenté, de vivre une soirée uniquement entre nanas, entre femmes qui se connaissent et sont complices, rien de plus ludique ! Messieurs, imaginez, dommage, vous ne pourrez venir ! Mais quand vous retrouverez votre compagne après une escapade entre femmes, ne soyez pas étonnés si elle se montre coquine, sensuelle, mystérieuse, si excitante !

Vendredi donc, j'ai été invitée chez une amie, très belle, très artiste, très originale.

Elle m'a reçue comme une reine, avec un petit souper et des bougies sur un grand chandelier de château, donnant à son intérieur une atmosphère magique.

Messieurs, n'oubliez jamais les décors romantiques, les bougies et petites lampes dont les lueurs diffuses nous embellissent et nous désinhibent, nous rendent audacieuses...

Nous avons parlé, bu un peu de champagne, et les petites bulles nous encourageant, nous avons ri, et beaucoup parlé "entre femmes"...

Puis elle a eu envie de me montrer une danse qu'elle avait répétée, puisqu'elle pratique la danse burlesque. Vous ne savez pas ce que c'est ? Voyons, voyons... Je vous dirai alors qu'elle dansent de manière sensuelle et coquine, et finissent très peu vêtues, pour le bonheur de tous !

Et j'ai donc admiré cette beauté blonde onduler et se déhancher devant moi, j'ai reçu dans mes mains son déshabillé de dentelles, je l'ai vue se déshabiller petit à petit à chaque couplet, se retrouvant presque nue sous une veste d'homme, ses cheveux blonds se détachant de manière charmante sur le tissu foncé... J'apercevais au cours de la chorégraphie ses hanches ondulantes, son joli cul souligné par la dentelle du string, ses seins menus qui pointaient sans peur...

Puis elle termina fièrement presque nue devant moi, dans le coup de cymbale de la chanson terminée. J'ai applaudi, admirative et émue, du cadeau de sa beauté sans obstacle qu'elle m'avait fait, en toute amitié. J'étais troublée aussi, d'entrer ainsi dans son intimité, en une chanson... J'étais troublée aussi, de me sentir comme un homme, assise sur cette chaise en regardant une hétaïre danser pour moi... C'étaient des émotions puissantes, qui me transportaient...

Puis j'ai eu envie de lui offrir ma danse à moi...

Elle m'a prêté des vêtements érotiques qui contenaient difficilement mes formes plus ... opulentes, mais qu'importe, ce n'est pas maintenant que je vais devenir raisonnable, n'est-ce-pas ? Et la confiance qu'elle m'avait faite, je pouvais la lui retourner.

Dans le noir je me suis préparée, puis je me suis cachée derrière le montant de la porte.

Dans la lueur diffuse des bougies, je me suis enroulée autour du linteau, accrochée à lui de mes doigts comme à un amant. Je me suis caressée contre cette poutre... comme une courtisane, les yeux fermés, montant et descendant comme pour le caresser, me caresser... J'ai suivi la musique envoûtante d'un tango sensuel, et j'ai offert à mon amie une danse sensuelle sans tabou... Je lui ai lancé mon déshabillé moi aussi, puis me suis tournée et j'ai montré mes fesses lentement, progressivement, descendant mon string sans gêne, cambrant mes fesses et tournant mes hanches d'une manière impossible à oser reproduire dans la vie normale...

J'ai caressé mes seins, j'ai dansé, j'ai ondulé, je lui montré mon corps, pour son trouble à elle, pour mon excitation à moi...

J'avais pensé à envoyer un texto à mon chéri, "Ne m'attends pas, je suis occupée à préparer une danse érotique avec mon amie..."

L'intensité de cette soirée fut extraordinaire...

je persiste à cultiver le plaisir de vivre l'érotisme avec mes proches comme un art de vivre...

Je vous ai parlé de cette danse burlesque reçue puis partagée avec une amie... C'était la semaine passée, le temps a filé, c'est devenu comme un rêve... Vous savez, lorsqu'on vit quelque chose de hors du commun et de merveilleux, le souvenir s'inscrit dans notre mémoire, peut-être pour toujours... Une odeur, un mot, l'aperçu d'un objet, d'un vêtement nous rappellera cet événement. Celui-ci s'est inscrit en moi de cette manière, lié à une amitié naissante entre deux femmes, mélangée à une connivence sensuelle, quelque chose de spécial...

 

Le soir suivant, encore envahie par les émotions de cette rencontre, je me trouve au cœur d'une soirée entre amies, que j'avais organisée. Le hasard avait réuni ces deux occasions de se trouver entre femmes, avec son à-propos habituel.

Assises autour de la table, grignotant et buvant, nous avons discuté longuement de sujets plus ou moins personnels ; puis la conversation a dérapé, puisque June était là, les inhibitions sont un peu tombées... Nous avons parlé de nos zhoms, (ils auraient gagné à nous entendre) de sexualité, (aussi) de nos orgasmes, (encore plus) de séduction et de confiance en nos corps... (ils n'en savent rien). Des choses qu'on ne dit jamais, mais qui peuvent se prononcer quand les mâles sont absents.

 

Nous avons bien ri, l'ambiance était festive... Il y avait des lanternes sur la terrasse, les rayons nocturnes se projetaient sur l'eau du lac tout proche, on entendait le ressac des petites vagues sur le sable... Une ambiance comme j'aime. En fin de soirée, nous avons tout rangé ; la plupart de nos amies sont parties, et nous voilà quatre dernières assises dans le noir à parler encore, de nous, de séduction, de couple et d'amour. J'ai eu envie après toutes ces paroles de montrer par mon corps et mes gestes, l'offrande d'une danse sensuelle, pour elles ce soir, pour un homme un autre soir...

 

J'ai préparé cette musique que je vous joins ici, et comme la veille, j'ai surgi de la nuit lacustre, vêtue d'un paréo et le torse nu... Je me suis enroulée contre le montant de la porte, j'ai joué à les séduire et à tenter d’émouvoir ce linteau, détachée en ombre chinoise sur le lac qui scintillait doucement dans la nuit... J'ai suivi les volutes de la chanson de tout mon corps, ondulant mes reins, jouant de mes mains sur mon corps, cambrée ou penchée, projetant mes cheveux en arrière, jouant à séduire, à émouvoir, à susciter les désirs.

 

J'ai vécu des émotions encore différentes, des sensations nouvelles, parce que mes spectatrices étaient des proches ; je n'ai pas eu peur de les choquer, ou de paraître ceci ou cela… mais je me sentais comme une reine superbe, mais aussi une folle, dansant presque nue au mépris des bonnes manières et de ma bonne éducation.

Elles ont vu June, celle qui est érotique, celle qui aime l'amour et la sensualité, je crois les avoir un peu inspirées... (Qui sait ce qui se passera un soir chez elles... !? Et pour moi le surlendemain avec Chéri, qui s’impatiente d'entendre parler de ces danses sensuelles, et en attend une démonstration... Ce soir, peut-être ? sourire...)

Le cadeau de ma danse fut apprécié, nous sommes séparées ensuite silencieuses, souriantes, grandies de notre liberté de femmes, le plaisir de la joie et du corps, des rires, et de la sensualité.

 

J'écris ceci ce soir, le Jour des Droits de la Femme, pour mon 60ème post.

 

Tout ne serait que hasard sur cette terre ? Je ne crois pas.

Vive les Femmes, l'amour, la sensualité, le partage, et la LIBERTÉ !

Le lac de mon cœur ondule de ses eaux calmes,

Dans la sérénité d'une vie connectée avec le ciel,

Bleu de pensées paisibles, en émotions de l’âme

Reliée aux profondeurs obscures passionnelles.

 

Reflets scintillants et vagues vagues,

Je savoure cet instant sublime,

Suspendu dans le temps,

Ici et maintenant...

Ici et maintenant,

Au bord de ce lac argent,

Je contemple les hautes cimes

Surplombant cet écrin de vagues vagues.

 

Le lac de mon cœur est mon refuge, mon asile,

Qui comble mes yeux éblouis de beauté naturelle.

Le bleu intense des cieux confondus avec les eaux

Se marie avec cette chaleur délicieuse sur ma peau.
 

Les rayons du soleil éblouissant, me dorent,

Je m'imprègne de leur intensité,

Ma peau est extatique,

Sensuelle, belle.

Sensuelle, belle,

Je me sens érotique,

Je suis Elle, une femme -vérité,

J'absorbe la pure Lumière de tous mes pores.
 

Le lac de mon cœur ondule de ses eaux calmes,

Dans la sérénité d'une vie connectée avec le ciel,

Bleu de pensées paisibles, en émotions de l’âme

Reliée aux profondeurs obscures et passionnelles.

éloge à Mme Olympe de Gouges, que j'ai donc numérotée 68, pour revenir aujourd'hui à ce chiffre porteur de multiples fantasmes et orgasmes.

Comment ne pas fantasmer à des positions kamasutresques intenses, délicieusement érotiques, délicieuses, et toujours un peu sulfureuses... Le méli-mélo des corps, ou plutôt le tête-bêche intime en bouche à sexe, la dévoration mutuelle, le partage des intimités et des orgasmes, ne se pratique pas si souvent qu'on le croit, et se raconte encore moins.

L'auteur-e érotique prend son temps pour le d'écrire, avec le souci de ne pas tomber dans la pornographie, sans léser non plus le lecteur de la description de l'action en cours... Un petit challenge que j'ai relevé plusieurs fois entre délice et concentration !  Je vous laisse deux extraits ci-dessous, public adulte only...

Bonne lecture en musique, sur la chanson mythique de Gainsbourg je t’aime moi non plus.

 En l'écoutant, on réalise que nous sommes en train de régresser au niveau de la liberté d'expression au sujet de la sexualité...

 

 

 

Extrait de « Je t'aime moi non plus »

 (Serge Gainsbourg)

 

« Je t’aime je t’aime
Oh oui je t’aime
Moi non plus
Oh mon amour
Comme la vague irrésolue
Je vais, je vais et je viens
Entre tes reins
Je vais et je viens
Entre tes reins
Et je me retiens

Je t’aime je t’aime
Oh oui je t’aime
Moi non plus
Oh mon amour
Tu es la vague, moi l’île nue
Tu vas, tu vas et tu viens
Entre mes reins
Tu vas et tu viens
Entre mes reins
Et je te rejoins… »

blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques érotique  blog érotique blog érotique blog érotique blog érotique massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques massages tantriques