google0b0f2e5d80efea36.html 149 un Vent de Liberté...
Rechercher

149 un Vent de Liberté...

Mis à jour : mai 15

Enfin nous y voici... La porte s'est entrouverte, c'est l'occasion de nous libérer du carcan...

Nous pourrons nous baigner à nouveau dans la MER, longtemps interdite...

Nous bercer dans ses vagues, savourer ses embruns, écouter ses flux et reflux, admirer ses houles et ses plats, ses ris et ses écumes, toujours la même et toujours différente,

comme une amante ardente ou paisible, colère ou joyeuse, dont on ne se lasse jamais...

En attendant de pouvoir enfin lézarder sur ses plages, se délecter de la vision de la nature et de corps dénudés, de déguster une glace à deux, un cocktail sur la dune, un baiser sur la plage, et même des actes licencieux au clair de lune, je vous propose un extrait de "L'ETE de JORDANE"....

Bonne lecture à tous ! Moi je fais le pari de revivre tout cela dans deux mois pile !!!


EXTRAIT DE L'ETE DE JORDANE :

Il était presque trois heures, quand ils se décidèrent à rejoindre la plage. Jordane se souvenait de ses débuts, lorsqu’elle avait découvert cet endroit improbable la première fois, de ses surprises et de ses questionnements, et en avait beaucoup parlé avec Kenan. « Soit celui-ci était d’un naturel peu impressionnable, soit il était vraiment très à l’aise avec la nudité, ou encore elle l’avait trop bien préparé » se dit-elle lorsqu’elle le vit marcher à côté d’elle, l’air détendu en regardant autour de lui avec décontraction. Tous deux s’étaient dévêtus avant de poser le pied dans le sable, selon le règlement affiché au bord de la grève.


" ZONE NATURISTE, VEUILLEZ RETIRER VOS VÊTEMENTS "


Ils avaient tout d’abord longé la grève, les pieds dans les vagues frangées d’écume qui venaient mourir sur la plage en rythme régulier et paisible, sous un soleil éclatant. Ils s’étaient joints à la file des estivants qui cheminaient pieds dans l’eau, nus comme Adam et Eve à tous les âges de la vie. Des familles étaient installées dans le sable avec parasols et chaises longues, des enfants jouaient à faire des châteaux de sable, des vieillards se baignaient, ridés et parcheminés, des couples nageaient et s’embrassaient. Comme toujours, Jordane était frappée par cette ambiance sereine, et se rappelait ses conversations avec son amie Justine, qui lui répétait souvent « J’adore le Cap ! C'est tellement agréable, avec tant de respect entre les gens ! Ceux qui n’y connaissent rien disent du mal des naturistes et des libertins, mais franchement, ceux-ci sont tellement plus agréables que les personnes qui fréquentent les plages dites normales ! Les gens sont souriants, paisibles, et ne te jugent pas à ton apparence »

Repensant à cette amie qu’elle n’avait plus revue, Jordane se demanda ce qu’elle devenait. Elle aurait bien voulu la revoir, et l’écouter raconter ses aventures sexuelles avec cet humour irrésistible qui la caractérisait, assorti d’une sensualité à fleur de peau tout à fait fascinante. Elle avait entendu dire que son ami Mike l’avait quittée ; pourtant ils semblaient inséparables, et si sexy ! Mais la vie libertine avait eu raison de leur couple, comme de nombreux autres ! Mike avait eu envie de nouveautés, et l’avait plaquée sans ménagement. C’était quitte ou double, de fréquenter ce genre de lieux ! ( Justine : héroïne de « Aventures libertines, le Cap » de June Summer)

Comme le lui avait expliqué la vendeuse d’une boutique de vêtements sexy du Cap : « Ma chère, comprenez bien qu’il n’est pas anodin de venir s’amuser dans cet endroit unique au monde, où tout est possible ! Soit le couple explose, ou bien il en devient plus fort et plus complice ! Il y a des risques inhérents à la liberté sexuelle sans limites ! J’en ai fait l’expérience, ma pôvre ! Mon mariage n’a pas fait deux ans, et mes amies par ici, tout pareil ! Il y a trop de tentations pour retenir un mari à la maison »

Jordane espéra que Justine parviendrait à surmonter cette triste histoire et qu’elles se puissent se revoir un jour, heureuses toutes les deux au bras d’un homme de qualité ! Elle fit aussi le voeu que Kenan et elle-même surmontent leur séjour au Cap pour plus de confiance réciproque, sans risquer une rupture qui serait très douloureuse. Mais elle avait confiance en celui-ci, qui démontrait en toutes circonstances une fiabilité rassurante. Elle regarda son compagnon qui marchait à côté d’elle en tenant sa main, sourire aux lèvres, son corps mat se déplaçant souplement, tandis que son membre viril revenu au repos remuait avec ses pas. Comme elle, il semblait apprécier ce sentiment unique de liberté en se trouvant ainsi libre de tout vêtement, au soleil, en bord de mer.

Elle lui sourit, puis lui glissa, tandis qu’ils croisaient une bimbo à la chevelure platine, avec des seins gonflés tels des obus de silicone, accompagnée d’une bellâtre bronzé et musclé, nu comme un dieu grec, muni d’un sexe foncé et très imposant...

— Alors, ça te plaît ? — J’adore. Tout simplement, j’adore ! C’est aussi extraordinaire que tu me l’avais dit ! déclara-t- il en lorgnant discrètement ce couple qu’elle avait aussi remarqué. Et on peut dire qu’il y a de quoi se remplir les yeux...


Si vous avez apprécié cet article, merci de liker, commenter ; vous pouvez vous abonner en haut de page de ce blog, pour rester informé des nouveautés de ce site. Je vous rappelle que les posts de ce blog de l'année 2019 sont réunis dans mon livre "Pensées Érotiques - Coaching Sexualité- 2019", avec des inédits, ainsi que des photos en couleurs dans la version numérique, en noir-blanc dans la version papier. Vous trouverez mes livres en version numérique ou papier ici ! Dont mon dernier livre consacré au plaisir féminin : Les Mains de Velours !