google0b0f2e5d80efea36.html

181 Érotisme hivernal

Une bise glaciale parcourt le pays, nous poussant à cocooner à l'intérieur. Les murs semblent traversés de courants froids, les sorties sont seulement celles qui sont nécessaires.

Je vante souvent l'été, le soleil et l'amour sur le sable chaud dans mes textes érotiques, mais l'hiver et le froid peuvent avoir du charme, en nous incitant à rechercher la chaleur animale du corps de l'autre... !

Je crois que le moment est idéal pour vous proposer un extrait de "Rencontres Clandestines"" avec les amours torrides vécues par deux amoureux, reliés par une attirance mutuelle réciproque et irrépressible, lors d'une rencontre... sur une piste de ski !

C'est l'occasion de rebondir sur l'actualité, avec les pistes de ski fermées en France... Mais bon sang, comment les amants vont-ils faire ? Eh bien peut-être vont-ils venir skier en Suisse, hihi... La Suisse serait donc devenue le Cap d'Agde de l'hiver ?


Démonstration : oui l'hiver à la montagne est bien érotique...


Extrait du livre "Rencontres Clandestines" :

Ils prirent le chemin qui serpentait dans la pénombre. Les skis flottaient dans les ornières gelées et le froid devenait intense. Julie avait les doigts qui picotaient et les pieds ankylosés. Elle commençait à trembler, mais il fallait tenir ! Elle mit toute son énergie pour suivre et arriver au plus vite. Ce n’était plus un rêve, mais un cauchemar. Froid si froid… Il faisait nuit quand ils arrivèrent enfin au hameau. Quelques vieux chalets foncés par le temps, enfouis sous la neige, dans l’obscurité… Pas un chat, pas une lumière… pas un bruit. L’irréalité de la situation était palpable. L’homme qui semblait connaître l’endroit enleva ses skis et les rangea contre le mur d’un des chalets. Il trouva la clé suspendue bien en vue près de la porte, habitude des montagnards pour les cas d’urgence, l’inséra dans la vieille serrure, et poussa la porte.

Julie dut mettre beaucoup d’énergie pour enlever ses skis, elle n’en pouvait plus tout son corps était glacé. Elle suivit son inconnu, pénétrant après lui par la porte qu’il avait ouverte.

Il s’affairait déjà, cherchant à allumer un feu dans la vieille cuisinière à bois installée dans un coin. Elle regarda autour d’elle, une table, quelques chaises branlantes, cela semblait être un gîte peu fréquenté, mais bienvenu dans ce genre de situation. Elle tremblait de froid, et aurait bien voulu participer à quelque chose, mais le feu était allumé, il y avait du petit bois préparé, heureusement. Julie claquait franchement des dents et retira ses gants raidis et blancs de neige, sa veste mouillée, et les disposa sur une chaise. Elle sentait ses doigts douloureux, elle avait la « débattue ». « Surtout ne rien lui dire, pas envie d’avoir de nouveau l’air d’une nunuche, merde alors ça fait mal ». Il s’approcha d’elle et remarqua qu’elle suçait ses doigts qui semblaient rouges et bien mal en point.

Sans rien dire, il la regarda avec tendresse, lui prit les mains et les mit sous ses propres aisselles, sous sa veste ouverte. Bonheur, chaleur, merveille des merveilles, les doigts de Julie reprenaient vie dans cette chaleur animale masculine. Cette chaleur se propageait dans tout son corps, levant ses poils, allumant son corps, titillant ses reins, creusant son ventre d’une si forte envie, d’un si grand désir, qu’elle tremblait non plus de froid mais d’excitation.

L’homme sentait ses mains froides sous ses bras, vit ses yeux le fixer avec surprise, puis avec désir, brillants dans la pénombre. Il attira Julie contre lui, dans sa chaleur virile, pour la réchauffer, mais aussi pour son propre désir de la toucher.

Elle se colla contre lui, et sentit ses bras se refermer sur elle. Ils restèrent un long moment ainsi, debout dans cette pièce sombre, froide et inconnue, respirant l’un contre l’autre, réchauffant leur corps et humant les sensations fortes qui naissaient au creux de leurs reins.

Les cœurs battaient, battaient si fort qu’ils les sentaient résonner amplifiés, sans plus savoir d’où parvenait ce son, qui les faisait frissonner de désir et d’envie. Julie se réchauffait et se sentait comme un peu ivre, après l’effort ; et de se trouver avec cet homme inconnu, dans cet endroit inconnu, dans cet instant « sur la pointe du couteau », avant de plonger vers la rencontre intime… Crainte, excitation, désir, elle sentait son odeur, ses mains dans son dos, sa joue râpeuse, elle se sentait onduler contre lui sans pouvoir contrôler son corps qui réclamait… Elle percevait son sexe durci contre son pubis, se frottait contre lui, envie de le sentir, de le toucher, envie d’être prise. Elle aima tout de suite ce corps robuste, cette haute stature, ces muscles puissants. Il aima tout de suite son odeur douce et subtile, la pression de ses seins voluptueux contre son torse, le parfum grisant de ses cheveux qui l’électrisa jusqu’aux reins.

L’homme lui tira ses cheveux en arrière pour voir son visage et l’embrassa, ils mêlèrent leur bouche, leurs langues, et commencèrent à gémir, de plaisir partagé, la sensation exquise de ressentir cette douceur et ce miel ; ils exploraient leurs dents, leurs lèvres, elle lui touchait les coins de sa bouche du bout des doigts, pour mieux déguster ce plaisir extrême, qui les faisaient haleter et soupirer, grogner, et ronronner, se frottant l’un à l’autre, vacillant sur place, debout, enlacés, collés, imbriqués… Elle adora ce contact, si chaud et fort, si doux et dur, elle aimait sentir cette langue qui la fouillait, la caressait… Elle aimait cette bouche si particulière, et en touchait encore les contours pour ajouter un plaisir de plus dans ses sensations… Elle sentit ses mains qui s’insinuaient sous sa veste, remontaient à ses seins, défaisant avec aisance son soutien-gorge, et passant dessous, commencèrent à la caresser, remontant par-dessous jusqu’aux pointes qu’elles pressaient et relâchaient. Julie commença à s’agiter, envahie de tressaillements et de petites secousses qui la faisaient sursauter.

Il aima la texture de cette langue qu’il désirait depuis un moment, la goûta et mordilla, appréciant de sentir Julie y répondre avec passion, chaude et douce ; elle l’appelait en silence, il infiltra ses mains sous ses vêtements ; il découvrit avec bonheur un corps si doux et frémissant, tressaillant à toutes ses caresses, réagissant à ses baisers ; il bandait fort, il avait très envie d’en toucher plus, de sentir le reste de son corps, il voulait la prendre, et essaya de se contenir. Il descendit ses mains sous le pantalon de cette inconnue, les passa sous son boxer, la sentit trembler et s’écarter de lui, mais c’était pour qu’il put mieux passer entre ses cuisses ; il y insinua la main, trouva sa chaleur intime, sentit combien elle était déjà mouillée d’envie… Il caressa sa raie, l’entendit crier à mi-voix, s’appuyant sur lui pour mieux s’offrir aux caresses, il remonta avec son autre main pour toucher son bouton, noyé de désir, et commença un mouvement régulier, tout en l’embrassant à pleine bouche, à pleines lèvres et langue, pour l’amener à la première plage.

Le feu était allumé, il brûlait leurs deux corps, quand de grands coups résonnèrent contre la porte, avec le bruit de voix d’hommes qui appelaient. Ils se séparèrent à temps pour voir entrer une équipe de pisteurs, déboulant dans la pièce avec de grands rires, heureux de les trouver là, car on les cherchait depuis quelque temps, le mari de Julie ayant donné l’alerte…

La suite fut un tourbillon de mouvements divers, Julie se retrouva embarquée rapidement dans une motoneige qui la ramena à la station, ayant eu à peine le temps de dire au revoir à cet homme qui l’avait tant attirée, et déjà il avait disparu de sa vie.



*********************************************



Mon Credo : Je pense que la compagnie de livres est indispensable pour nous aider à conserver notre liberté de penser, et surtout de livres érotiques pour conserver notre liberté sexuelle, sensuelle, et personnelle !

Lis, lisons, lisez, soyons libres, sensuels, érotiques et uniques !



*********************************************



Si vous avez apprécié cet article, merci de liker, commenter ; vous pouvez vous abonner en haut de page de ce blog, pour rester informé des nouveautés de ce site. Vous trouverez mes livres en version numérique ou papier ici dont mon dernier livre consacré au plaisir féminin : Les Mains de Velours !