183 Un Cadeau érotique

Hier une amie m'a commandé pour ses 8 nièces et belle-filles des exemplaires de mes livres, c'est super sympa... Je me suis attelée à choisir quels livres plairaient particulièrement à des jeunes femmes, et j'ai choisi "Les Chaussures Rouges", "5 Défis pour un Mariage", "La Robe Noire".


Ma fille quant à elle, a reçu de sa belle-maman ce livre dédié au " Slow Sex ".

(Et si le secret d'une sexualité aussi épanouissante qu'intense était la lenteur ? La sexualité conventionnelle, qui cible l'orgasme, peut devenir avec le temps, mécanique, ennuyeuse et responsable de tensions. Pour découvrir une satisfaction plus profonde ou revitaliser l'intimité du couple).


Je trouve cela très étonnant, et révélateur d'une grande mutation au sein de la société. Autrefois, la sexualité était taboue, d'autant plus entre belle-mère et belle-fille !

Maintenant, les femmes se parlent librement de leur sphère intime, et dépassent les distances sociétales d'autrefois.


Times are changing... L'érotisme féminin sort progressivement de l'obscurité et du déni, pour assumer ses désirs et plaisirs en toute décontraction. Les femmes prennent leur place, leur pouvoir, girl power !

Et vous, avez-vous pensé à offrir un livre érotique pour Noël ?


Ci-dessous un extrait de "5 Défis pour un Mariage", un livre érotique délicieux, plein d'humour, qui décrit la vision décontractée de la sexualité chez les jeunes femmes d'aujourd'hui.



" Ellen déclara :

— On est super bien ensemble hein les filles ? Elle termina le nappage de son dessert, lécha son doigt trempé de crème, réfléchissant :

— Avons-nous vraiment besoin d’hommes ? Nous sommes si bien ensemble…

— Quelle question ! s’insurgea Mya. Les amies, c’est bien pour la rigolade et nous retrouver, mais les hommes, on en a besoin pour le sexe, tout de même !

Ses compagnes firent des bruits de basse-cour, caquetant comme des poules hystériques, puis Héloïse ajouta avec ses mains sur le cœur :

— Oui, absolument ! Je confirme ! Mais vous oubliez une chose !

— Ah oui ?

— l’Amour !

Les caquètements reprirent encore plus, mélangés à plusieurs cris d’orgasme simulé. Ellen soutint son amie, songeant à Ronan et sa présence attentive et amoureuse, qui lui manquait déjà. Il l’avait laissée partir à son week-end avec une plaisanterie et un baiser : « Tu seras un peu sage, ma coquine ! » Elle avait souri et rendu son baiser avant de partir, leurs regards croisés en une connivence implicite. Elle ajouta :

— Eh oui, les filles, l’amour ça existe, et c’est essentiel !

— Moi je n’ai pas encore trouvé de gars pour m’inspirer de tels sentiments ! déclara Mya. Je m’amuse avec les mecs, puis, je me sauve avant qu’ils ne deviennent trop collants !

— Tu es un monstre ! gronda Héloïse avec un regard faussement courroucé. Comment fais-tu ? Moi j’ai rencontré Bastien, et c’était parti ! Amoureuse folle, impossible de l’oublier, incapable de manger ou de dormir quand nous sommes en disputes ! C’est mon âme sœur !

— Avec toutes les folies que tu as faites, tu es aussi romantique qu’une midinette ! plaisanta Ophélie.

— Ben oui ! Je crois que ce fut un passage déjanté dans ma vie, et que maintenant, Bastien me suffit complètement !

— J’hallucine… marmonna Mya, les yeux levés au ciel. Quel gâchis ! Tu penses à tous ces beaux mecs que tu loupes !