google0b0f2e5d80efea36.html

14. 14 février 2019, Saint-Valentin

Par un heureux hasard, mon 14ème post tombe sur le 14 février, dédié à la Saint-Valentin ! Inspirée par cette coïncidence, j'ai décidé de vous faire un cadeau romantique à lire seule- ou à deux :

je vous offre ici l'intégrale de ma nouvelle "Double Saint-Valentin", normalement en vente sur Amazon, uniquement aujourd'hui ! Profitez bien de cette occasion pour prendre une dose d'Amour-douceurs...

Ce récit est le Tome 7 du livre "Délicieuses Surprises"


Bises sensuelles de June


(Ce récit suit la nouvelle précédente Double St-Valentin Tome 6)

Le week-end suivant, Jordane et Kenan ne purent se retrouver, tous deux étant occupés par des activités familiales avec leurs enfants qu’ils tenaient à voir régulièrement. Pour remédier à la séparation, ils se firent de longs appels téléphoniques pendant lesquels ils échangeaient leurs impressions au sujet de la fabuleuse soirée vécue au Loft, en se promettant de revivre d’autres événements de ce genre. La découverte de soi et de l’autre, ainsi que l’impression d’avoir vécu quelque chose de magique et d’extraordinaire, renforçait leur connivence. Ils ne pouvaient raconter à personne leur Saint-Valentin, et se contentaient d’une réponse évasive si quelqu’un leur en demandait des nouvelles : « Oh, nous avons passé la soirée avec des amis, ce fut très sympathique… » Et les gens répondaient : « Avec des amis ? Comme c’est original ! » Jordane eut toutefois envie d’en parler avec son amie Patty, qui connaissait ses penchants libertins, et qui écouta avec amusement son récit qu’elle lui livra à l’occasion d’une pause dans un café, lors d’une après-midi de shopping entre filles.

— Oh, quelle chance tu as de pouvoir vivre de telles aventures ! Moi je ne voudrais pas, mais je t’envie un peu ! soupira Patty.

— Pourquoi ne pas essayer ?

— Eh bien, je me sentirais moins belle que l’autre femme je crois ! Et j’aurais peur que mon chéri la préfère, et que cela ne brise mon couple ! Et en plus il est trop jaloux je pense qu’il deviendrait fou de me voir avec un autre !

— Bon, tout de même, nous n’avons pas été jusqu’à l’échangisme ! C’est vrai que nous ne le ferons peut-être jamais, c’est un jeu un peu hasardeux pour un couple, j’en connais qui s’y sont brûlé les ailes… Nous avons juste joué « côte-à-côte » … sourit Jordane.

— « Juste joué… » Tu me fais rire ! Et moi je ne pourrais jamais toucher une autre femme ! se récria Patty.

— Eh bien, j’ai été surprise, tu vois ! J’ai bien apprécié ! Je crois qu’on se met des interdits moraux issus de vieilles croyances ridicules. En fait, c’est simple et agréable, si la personne te plaît !

— Oui, tu es un peu folle tout de même ! Mais je dois dire que cela te va bien ! pointa son amie avec un sourire.

— Ah bon ? Précise ta pensée !

— Tu es pétillante, rayonnante, tu as l’air en super forme et l’air très bien dans ta peau ! Ce mode de vie a l’air de bien te convenir !

— Eh oui ! Je crois que ça me donne la pêche de vivre de telles aventures, ça me fait vivre intensément, et j’adore ça ! fit Jordane en se servant de thé.

Elles étaient assises dans un coin isolé près d’une fenêtre donnant sur la rue, et pouvaient ainsi converser sans crainte d’être entendues. Elles avaient l’habitude de tout se dire, et même si elles riaient parfois de choquer les personnes autour d’elles, elles préféraient en général un peu d’intimité. Patty remplit aussi sa tasse et poursuivit :

— Et puis, quelle chance que tu aies rencontré ce Kenan ! Il est tout ce que tu cherchais quand on en parlait au bureau, tu te souviens ?

— Oui, après ma rupture, je n’avais pas le moral, et j’avais envie de rencontrer un homme qui me convienne vraiment… Tu te souviens de l’annonce que j’avais mise sur ce site de rencontres ?

— Bien sûr, on avait ri comme des folles, je t’avais aidée à écrire l’annonce ! Tu parles que je m’en souviens ! Tu étais tombée sur un type que tu n’avais pas revu…

— Oui, je ne sais même plus son nom… Une bête de sexe…

— Une bête de sexe sans nom !

Elles pouffèrent, puis Patty reprit :

— Et puis, tu as rencontré Kenan qui cherchait une passagère pour la moto…

— Oui ! Et vroum… — On peut dire que ça démarré au quart de tour !

— Absolument… Et notre but, c’est que ça continue de faire vroum !

— Ah, vous voulez beaucoup rouler à moto ? fit Patty sur un ton moqueur.

— Tu as très bien saisi ce que je voulais dire, fais ta naïve !

— Oui, vous voulez ne pas vous encroûter quoi !

— Voilà, tu as tout compris !

— C’est vrai que vous au moins, vous n’êtes pas tombé dans la routine conjugale, comme mon mari et moi, par exemple…

— Oui, mais vous avez des enfants encore jeunes, c’est différent ! objecta Jordane.

— Même quand ils seront hors de la maison, je sais que la routine nous accompagnera encore ! Mon homme dort devant sa TV au lieu de vouloir sortir, on dirait qu’il est entré en hibernation sexuelle !

— Méfie-toi, il pourrait se réveiller un jour avec une autre ! 127

— Qui sait… On verra bien… Alors je me trouverai quelqu’un qui dort moins ! Voilà ! Elles rirent encore, et Jordane reprit :

— Pourquoi ne pas lui proposer d’essayer autre chose ?

— Parce que j’ai déjà essayé, il est opposé à toute innovation ! C’est le roi de la tradition au lit !

— C’est-à-dire ?

— Mêmes gestes et même position, hop-là on dort ! Le tout expédié en 10 minutes !

Jordane fit la grimace en s’adossant à son siège :

— Ça ne vend pas du rêve, ton histoire ! Ça ressemble plutôt à un cauchemar…

— C’est la vie de la plupart des couples mariés ! Jordane reprit avec enthousiasme :

— Eh bien le couple de l’autre soir, ils sont mariés depuis trente ans je crois ! Tu vois, ils maîtrisent la routine de la vie de couple par de petites folies de ce genre… Et je peux te dire qu’ils n’avaient pas l’air encroûtés du tout ! De vrais enragés !

— Oui, mais non ! C’est hors de question ! déclara son amie sur un ton brusque.

— Bon, je n’insiste pas !

— On parle d’autre chose ? demanda Patty avec nervosité.

Jordane comprit que le sujet était brûlant, et que son amie n’était pas prête à voir clair dans ce qu’elle vivait dans l’intimité de son couple, ni à désirer y changer quoi que ce soit. Elle devina que ses récits de plaisirs et de liberté n’étaient pas faciles à entendre pour son amie qui avait une vie conjugale plutôt morne, ou peut-être des tabous personnels qui l’empêchaient d’imaginer autre chose ! Elle avait souvent remarqué chez celle-ci ou d’autres amies ce syndrome étrange de refuser tout changement qui aurait pu améliorer leur vie sexuelle, et de se plaindre qu’elle soit insatisfaisante… Perplexe, elle observait son amie qui, perdue dans des réflexions qui devaient être moroses, regardait dehors sans rien dire. Jordane suivit son exemple et remarqua quelques flocons qui descendaient doucement vers le sol. Elle en profita pour changer de sujet : — Ah, super, de la neige ! Il y aura de la poudreuse en montagne !

— Tu as prévu quelque chose ?

— Oui, Kenan m’a préparé sa surprise, et ce sera à ski, c’est tout ce que je sais !

— Chanceuse va !