18. Un délicieux article sur le livre "Délicieuses Surprises"


Dans le cadre des petits cadeaux de la vie que je citais hier, j'ai reçu un article décrivant mon livre "Délicieuses Surprises" de Lucile Lebisou. J'ai été super contente de lire que l'équipe de lecture l'a bien apprécié, et aussi de constater que l'intention de ce livre a été bien comprise et accueillie... Mon but en effet est de montrer comment les couples de tous âges peuvent développer leur connivence sexuelle de manière naturelle, spontanée et ludique. Merci donc à toute l'équipe de lecture et bonne lecture à vous tous...


Lien du site LeBisous ici.


Un extrait du livre sur le site ici...


INTRODUCTION

« Si vous pensez que l’aventure est dangereuse,

Je vous propose d’essayer la routine. Elle est mortelle. »

Paolo Coehlo

« Tout le bonheur du monde Réside dans l’inattendu. » Jean d’Ormesson



Pour accroître l’excitation sexuelle, les Désirs, les Plaisirs. Particulièrement au cours de moments imprévus, Ou lors de rencontres sensuelles improvisées, Dans des lieux improbables ou inconvenants, En présence proche ou lointaine d’autres personnes, Ou encore avec le risque d’être surpris… La liste n’est pas exhaustive, et puis le stress peut s’y joindre, Pour autant de jeux et de scénarios érotiques Qui nous transportent aux confins des possibles… En Délicieuses Surprises.

Jordane et Kenan, deux fringants cinquantenaires, Divorcés tous deux, se rencontrèrent au hasard du Net. Ils virent naître leur nouvelle histoire d’amour Avec intensité, ivresse, profondeur, joie et liberté ! Ils décidèrent d’en déguster ensemble chaque instant En accueillant avec enthousiasme toutes Les opportunités, les imprévus, les surprises, Pour construire ensemble une relation amoureuse Pimentée de « Délicieuses Surprises » ! En voici quelques extraits choisis.



Jordane se réveilla au milieu de la nuit ; elle s’étira en soupirant, releva ses cheveux en désordre après les folies de la veille, puis se détacha du corps de son amant endormi à ses côtés, pour se lever en silence. Sa peau nue et pâle, encore empreinte des odeurs de l’amour, brillait sous les rayons de la lune perçant à travers les volets qui n’avaient pas été fermés. Jordane se caressa avec volupté, depuis ses seins lourds encore tendus de plaisir jusqu’à son ventre doux, son sexe toujours humide, puis tout son corps repu des derniers plaisirs vécus. Son cœur était léger, rempli de l’amour échangé pendant cette folle soirée, et son esprit riait en silence de cette union si fougueuse de la veille ! Souriant à ce souvenir, Jordane sortit de la chambre sur la pointe de ses pieds nus, parvint dans le salon du petit appartement obscur, et fit un « Oh » d’étonnement. La porte d’entrée était grande ouverte, avec les sacs de courses encore déposés sur le seuil. La porte-fenêtre aussi, avec ses deux battants écartés comme elle s’était trouvée elle-même cette nuit, jambes écartées pour s’offrir aux assauts de son amant. Des vêtements épars parsemaient le sol depuis là jusqu’à la cuisine, où une ceinture noire gisait sur le parquet, comme fatiguée. Ses chaussures à talon étaient abandonnées au milieu de la pièce, sa petite robe encore chiffonnée traînait sur le plan de travail, qui semblait en avoir vu de belles.


Nougat, leur labrador noir, surgit alors du jardin pour lui faire fête en remuant la queue avec enthousiasme, la fixant avec de grands yeux affamés, qui semblaient dire dans un reproche muet : « Eh oui, vous avez bien de la chance que je n’aie pas filé à l’anglaise, tout était resté ouvert ! ou bien que je n’aie pas dévoré les provisions du week-end ! Vous en avez fait de drôles, hier soir. J’ai dû fermer les yeux ! Et puis, j’ai une faim de loup, bon sang ! » Jordane s’accroupit pour câliner la pauvre bête, abandonnée ainsi, semblait-il, depuis quelques heures. Ahurie, elle murmura en chuchotant, en regardant autour d’elle :