209 Ambiance érotique

Il y a des ambiances qui sont érotiques et suscitent les désirs et les plaisirs...

Il y en d'autres qui sont sans reliefs, minables ou banales, et qui les font fuir.


Certains amants l'ignorent ou ne le remarquent pas, ignares et béotiens de la sexualité.

D'autres en font un art de vivre pour un art de jouir, associé à la beauté, la sensualité...


Viens... Retrouvons-nous à notre intime port,

Pour jouer peau contre peau, corps à corps.

Pour nous, j'allumerai des flammes dansantes

Qui nimberont ton corps de lueurs changeantes.

Des mélodies envoûtantes berceront nos désirs

D'ondes profondes, pétillant en mutuels plaisirs.

Nous voguerons d'île en île dans un merveilleux

Voyage, composé d'embrasements délicieux.



Viens... Retrouvons-nous à ce port

Cet endroit qui exalte nos corps...

Pour toi je serai nue et subtile

Coquine, mutine, sexy et docile.

Je m'accorderai aux mélodies des amants

Sur lesquelles je danserai sensuellement.

Les flammes incendieront mes sens

Je brûlerai de désirs, d'incandescences...

Nous voguerons d'île en île dans un savoureux

Voyage, composé d'embrasements de feu.




Voici un extrait des Interdits de Claire, dans lequel l'ambiance érotique est particulièrement excitante :



"La pièce avait changé de fond en comble ! Claire se souvenait de la petite chambre avec son grand lit, théâtre de multiples ébats, tous restés dans sa mémoire ; or cette fois-ci c’était dans un grand espace genre club-house qu’elle se retrouvait, avec des canapés profonds autour de tables basses, un bar, devant lequel trônaient de hauts tabourets et à l’arrière duquel était disposée une rangée de verres et de bouteilles, des lampes basses aux lumières tamisées, avec une cheminée diffusant des lueurs sporadiques, dans une atmosphère très classe sentant le vieux whisky et le feu de bois…


Elle se retourna pour sortir, vérifier si elle ne s’était pas trompée de porte, mais fut repoussée en arrière par l’arrivée d’un personnage imposant qui entra et ferma la porte derrière lui. « Clic ! » fit la clé dans la serrure, et Claire reconnut ce bruit, ainsi que le petit pincement à l’estomac qui le suivait pour la seconde fois : ce n’était pas son amant de la dernière fois, mais un grand gaillard barbu aux cheveux mi – longs, qui la regardait comme s’il la connaissait, sans surprise ni questions. Elle ressentit une crispation à l’estomac, qui descendit titiller de désir le fond de son bas-ventre quand elle croisa son regard clair. Elle pensa poser une question pour conserver un semblant de normalité à cette étrange rencontre, mais il la devança en s’emparant sans hésitation de ses avant-bras, l’attirant à lui pour un long baiser profond… "