219 Visite à la librairie du Cap

Kris et moi avons passé une belle journée au Cap d'Agde, avec une petite visite à la librairie pour y contempler mes couvertures de livres attendant d'être choisis, un moment très agréable... avec aussi la récompense d'un petit chèque gagné à la sueur des orgasmes de mes personnages...

Hmmm, c'est bien agréable de savoir mes livres achetés par de nombreuses personnes qui les ont lus avec grand plaisir et excitation, je l'espère !

Je m'inspire un peu cette librairie dans mon livre "Retour au Cap !" C'est amusant d'en parler avec les propriétaires de la boutique, devenus ainsi les sources d'inspiration d'une auteure dont les livres sont vendus chez eux. C'est une drôle de surprise....

C'est aussi l'occasion de réfléchir ensemble à la distance auteure-lecteurs.trices... Il y a un décalage un peu gênant des deux côtés : l'une écrit ses fantasmes et autres les lisent, et cela peut être perçu comme trop intime, avec l'impression pour certaines personnes de pénétrer dans l'intimité de l'auteure.

C'est un petit jeu auquel j'aime jouer avec vous, ce jeu de montrer-cacher-séduction-distance, qui est un peu le reflet des jeux de flirt dans la réalité...

Perso, je trouve cela amusant, excitant, et surtout propice à l'intensité de la vie... C'est cela qui m'attise, l'Intensité... Alors, jouons, vivons... aimons !





Extrait de Retour au Cap !

" Tous deux entrèrent dans le magasin et se postèrent près de la table de dédicaces. Le couple d’acheteurs semblait connaître les livres de l’auteure et posait toutes sortes de questions en libertins avertis ; la femme avait des cheveux blonds coupés court, arborant des piercings aux tétons et à ses lèvres intimes, tandis que son compagnon, bel homme à la peau mate, portant un anneau à la verge. Tous deux étaient minces et musclés comme des sportifs réguliers. Ils discutaient avec l’auteure dans un dialogue savoureux dont Jordane et Kenan ne perdirent pas une miette :

— Bien sûr, les vrais libertins ne lisent pas tant que ça ! déclarait la femme avec assurance. Ils préfèrent l’action !

— C’est souvent le cas ! admit June. Et je ne leur apprends pas grand-chose sur le Cap ! Mais je crois que certains apprécient mes livres…

— … Dont moi ! Perso, j’ai apprécié de retrouver l’atmosphère du Village que vous décrivez très bien ! releva son compagnon. Et nous avons bien ri à certains passages…

— Oui, quand vous parlez des MDF, vous les étrillez ! la taquina la femme. Mais moi, ils ne me dérangent pas ! Sauf certains qui sont impossibles… Mais ceux-là ne vous lisent pas, malheureusement !

— Peut-être est-ce préférable ? sourit June.

La femme renchérit :

— Il y a des passages très excitants dans le livre, surtout « Le Quintuor », c’est le chapitre que je préfère ! Mhmm… avoir deux hommes pour soi, c’est délicieux… sur une terrasse au clair de lune, vraiment, cela m’a fait rêver et fantasmer !

— Oui, quatre mains au lieu de deux, c’est mieux !

La femme éclata de rire et fit un clin d’œil à June."





****************************************



Mon Credo : Je pense que la compagnie de livres est indispensable pour nous aider à conserver notre liberté de penser, et surtout de livres érotiques pour conserver notre liberté sexuelle, sensuelle et personnelle !