top of page

282 Noël, gai et festif ? Pas toujours... Et pourtant !

Je pourrais écrire un post enthousiaste sur la féerie de Noël et de l'AMOUR... qui rime avec TOUJOURS. Mais parfois, Amour rime avec Désamour, Nuits sans Jour, Coeur Lourd...


Je vous propose de re-découvrir ce texte terrible issu de mon livre "Entre deux Portes", dans lequel mon héroïne se fait quitter abruptement par son Roi de l'Evasion.

Pourquoi vous en parler ? Parce que cela s'est passé il y a sept ans, le 21 décembre 2015. Jordane a cru en mourir. Elle a failli mourir ; ce livre décrit son parcours entre deux portes, vers la libération d'une relation destructrice.

"Entre deux Portes" reste un ouvrage très aidant pour ceux.celles victimes de ce genre de souffrances qui leur semblent insurmontable. Un ouvrage à recommander autour de soi, que l'on s'offre ou que l'on prête à qui a perdu l'espoir.



— Mais mon amour, tu n’es pas content que nous parvenions enfin à réaliser notre rêve ?

— Ben…, dit-il d’une voix distante.

— Quoi ? demanda-t-elle avec inquiétude, percevant l’approche d’un danger soudain.

— Il faut que je te dise… Je n’y arrive pas… Notre histoire… Je n’y arrive pas.

Jordane sentit son cœur s’arrêter de battre, devenu soudainement lourd comme du plomb, l’empêchant de respirer. Il y eut un silence. Une peur atroce vrilla l’estomac de Jordane, une terreur qui la traversa de part en part. Elle articula avec peine, de grosses larmes déjà prêtes à jaillir de ses yeux écarquillés :

— Comment ? Que se passe-t-il ? Je t’aime ! On s’aime ! Où est le problème ?

— Y a rien à expliquer… Je n’y arrive pas… Je n’y crois pas… Je préfère qu’on ne se voie pas ce week-end… J’ai besoin d’être seul. De réfléchir…


Jordane n’y comprenait rien. Cet homme qui comptait les minutes avant de se revoir, qui lui avait fait une cour si romantique qu’elle avait conservé dans son ordinateur un dossier de 200 mails de déclarations et de sublimes poèmes d’amour, qui avait avalé d’innombrables kilomètres pour la voir, qui la regardait encore il y avait quelques jours avec une adoration non feinte, s’amusait perpétuellement à la voir bouger, parler chanter, rire… Ce même homme lui parlait d’une voix de notaire avec une voix distante, et lui annonçait en trois mots qu’il ne croyait plus à leur histoire, leur fabuleuse histoire d’amour qu’il avait lui-même vantée comme extraordinaire, qu’il ne la désirait plus chez eux, à Sapinhaut qui était auparavant autant chez elle que chez lui ?


Elle insista, elle pleura, supplia, argumenta. Peine perdue. Il coupa court :

— Non… je n’y arrive pas… Ne viens pas ce week-end. On verra… Je dois réfléchir. Ne me rappelle pas. Je veux me retrouver seul.

Et il coupa la communication, tout simplement. Dans un simple CLIC.


Bien plus tard, le souvenir flou et douloureux que Jordane conserva de cette période affreuse de sa vie se résuma par un seul mot :


CHAOS.


Clic comme Chaos…


I comme Incompréhension, Injustice, Impuissance…


C comme CHAOS…


C comme CŒUR qui explose, puis semble se dissoudre jusqu’au vide de l’infini, jusqu’au centre de l’angoisse éternelle. Avec le souffle qui s’arrête, et ne reprend pas, avec l’impression qu’on va mourir, simplement sans plus respirer. Puis au bout de longues minutes, les spasmes douloureux du corps qui réclame son oxygène, et se trouve traversé de sursauts de bête à l’agonie…


C comme cerveau en détresse. Le cerveau peut souffrir, découvrit Jordane. Il tombe du haut de ses certitudes et de son illusion de grand amour passionnel, de sécurité affective, pour tomber brutalement dans le néant atroce de l’abandon inexplicable ; il s’agite alors avec frénésie, pour comprendre, pour gérer, pour panser les plaies… mais elles sont béantes. Il ne peut que s’affoler et souffrir, tellement souffrir, d’une douleur impossible à localiser, une douleur sans limites, sans matière, impossible à calmer, impossible à atténuer…


L comme liquéfaction. Ne plus arriver à bouger, trembler sans s’arrêter, gémir sans se retenir, comme un enfant oublié dans un coin, pétrifié, liquéfié, abandonné par son père…


I comme inique… Ou Incompréhensible… Fait-on cela à qui on aime ? Comment fait-on cela à qui on aime ? Comment peut-on faire cela à qui on aime ? Comment ?


C comme CHOC. Choc émotionnel. Comme celui reçu lors d’un accident de voiture, d’un deuil très brusque, d’une maladie grave. Mais un Choc émotionnel invisible, impossible à dire. Un accident de l’amour. Un deuil d’un amoureux. Une maladie d’attachement. Un abandon imprévu, une rupture soudaine. Une Mort de relation privilégiée. Une trahison intime, une perte soudaine de repères familiers et sécurisés, une chute dans un puits sans fond.


CHOC comme Honte. Une confiance totale trahie par un amoureux, par celui qui incarnait la Vie et l’Amour, c’est avoir cru en quelqu’un de manière crédule, naïve. C’est un peu ridicule à 50 ans… Se taire… Ne rien dire… Souffrir en silence…


Cette nuit-là, Jordane pleura de longues heures, prostrée sur son lit. De longs sanglots devenus rauques, issus de son ventre irradié de souffrance. Puis elle se débattait comme un pantin battu par des vents invisibles la torturant au rythme de la tempête gémissant au-dehors. Puis elle se relevait en de longs cris silencieux, les yeux écarquillés et hagards, les cheveux en bataille, secouée de spasmes incontrôlables qui la faisaient tomber au sol où elle se roulait et se griffait, se giflait et se tapait la tête de ses poings pour effacer la douleur torturant son cœur sans arriver à l’atténuer. Puis, après d’interminables heures de lutte, elle abandonna la partie et resta enroulée en boule sur le tapis, se laissa filer, tomber dans le noir, dans le noir intersidéral, dans le monstrueux Trou noir du sans-amour, dans le terrible Trou noir du Désespoir, dans une chute interminable qui l’entraînait vers le vide, vers le Néant, vers ce puits obscur et sans fond, sans fin, sans finalité, dans le Désamour de son amoureux qui l’avait abandonnée d’un simple CLIC. Il l’avait cliquée, il l’avait zappée,

CLIC.



*****************************************************************************




Dans une autre vie, Jordane ouvrira 7 ans plus tard son agenda, pour y découvrir une date qui ne lui dirait rien, puis elle s'écrierait: "Ah oui, le 21 décembre, c'est le jour où il m'a quittée...! J'ai vécu un tel enfer, un tel désespoir, j'ai cru ne jamais m'en sortir ! je ne dormais qu'avec des calmants, je pleurais, j'errais comme âme en peine !"

"Et maintenant, c'est si loin... Ma vie est géniale, j'ai tant de joie à déguster tous les instants vécus, que je me réveille la nuit pour les revivre en pensée et les savourer encore..."


En conclusion, on peut surmonter, une telle épreuve, s'en libérer, et ainsi armé.e s'en trouver plus fort.e, plus conscient de ce qui est bon ou mauvais pour soi... pour se construire une vie bien meilleure !


Comble du paradoxe du temps qui passe et de l'impermanence des émotions, Jordane réalise que maintenant elle est indifférente à cette histoire qui avait failli la briser :

"Oui, c'est si loin tout ça... J'étais une autre femme, très émotionnelle, passionnelle, irrationnelle... Je suis différente maintenant. Plus forte, plus sereine ; ma vie s'est enrichie de tant de prises de conscience que je bénis ce Roi de l'Evasion de m'avoir permis d'effectuer cette évolution... Grâce à lui, j'ai appris à ne plus dépendre de quelqu'un, à compter sur mes propres forces, à garder confiance dans la Vie, à entretenir avec bonheur une relation amoureuse sereine et légère.

Merci à Toi qui as disparu de ma vie sans laisser d'adresse ! Nous n'avons plus de dette l'un envers l'autre.

Je te libère et je me libère de tout ce qui s'est passé... Va en Paix, c'est pardonné !"



La suite de cette histoire se trouve dans




****************************************



Mon Credo : Je pense que la compagnie de livres est indispensable pour nous aider à conserver notre liberté de penser, et surtout de livres érotiques pour conserver notre liberté sexuelle, sensuelle et personnelle !

Lis, lisons, lisez, soyons libres, sensuels, érotiques et uniques !



****************************************



Si vous avez apprécié cet article, merci de liker, commenter ; vous pouvez vous abonner en haut de page de ce blog, pour rester informé des nouveautés de ce site. Vous trouverez mes livres en version numérique ou papier ici dont mon dernier livre consacré au plaisir féminin : Les Mains de Velours, ainsi que le dernier-né, 3e volume de la série Aventures Libertines : Retour au Cap ! décrivant les plaisirs estivaux du naturisme et du libertinage au Cap d'Agde, sous le soleil de l'été! Une série qui nous donne chaud même en plein hiver !

Vous pouvez aussi suivre les aventures d'un couple amoureux dans la Halle déserte de Palexpo-Genève : "Les Chaussures Rouges", ou celles de cinq amies très libérées dans "5 Défis pour un Mariage" ! Deux livres sexy et gais qui vous emmèneront au cœur de plaisirs endiablés ! Vous pouvez aussi savourer Les Interdits de Claire, mon premier livre qui décrit les découvertes sensuelles d'une femme si sage...


Comments


bottom of page