google0b0f2e5d80efea36.html

114 Les Mains de Velours et la Séduction...

J'ai remarqué un grand intérêt pour le thème de la Séduction dans le post précédent N113, qui a "cartonné" de manière significative avec de nombreuses visites du site et de ce post ! (Séduire, c'est pourtant si simple") Peut-être pas tant que cela somme toute, et cela m'a fait penser que je pourrais me consacrer particulièrement à ce thème qui semble intéresser beaucoup de monde ! Donc les prochains posts jusqu'à Noël seront consacré à La SEDUCTION, ainsi chacun pourra "emballer" pour déballer les cadeaux sous le sapin, hihi....

Pour comprendre la séduction, je vais vous donner des exemples concrets de ce qui n'est pas séducteur, car parfois c'est par son contraire que l'on comprend certaines choses. Comme je voulais aussi partager sur ce post le retour d'un lecteur sur Les Mains de Velours, mon dernier livre dédié au plaisir féminin et au couple, j'en profite pour tout conjuguer, (je suis une vraie recycleuse écologique) en vous partageant les deux photos ci-dessous, envoyées par un ami en train de le lire, avec ses impressions....


































































Je vous dépose ci-dessous un extrait du même livre : on y découvre un couple un peu trop timide qui loupe sa première rencontre.... Puis au post suivant, vous découvrirez un couple qui ose se montrer son désir mutuel et prendre le taureau par les cornes, ou plutôt l'occasion par les...

Un peu coquine, June? Ooohhhh oui !


Extrait des Mains de Velours, chapitre 10 Le Chaos

Enfin vers minuit, ils repartirent ensemble jusqu’à leurs voitures parquées l’une à côté de l’autre près de la place. Mathilde flottait sur un nuage, elle s’y voyait déjà… Léo aurait mis un genou en terre au milieu de la rue pour lui demander sa main, elle n’aurait pas été surprise, tant elle se sentait bien. Elle aurait pris un air surpris, puis aurait crié : « Oui, oui, je le veux ! » Elle avait l’impression de n’avoir jamais été aussi sereine en compagnie d’un homme. Avec Salva elle avait été envoûtée, révélée à elle-même ; avec Gabriel elle s’était sentie fascinée, respectée comme une reine ; elle avait aimé vraiment Cyril, son mari, mais elle n’éprouvait maintenant plus que l’envie de s’en éloigner… Mais avec Léo, c’était spécial. Sa présence lui faisait du bien, l’apaisait. Elle n’osait parler, espérant qu’atteint par la même impression, il s’exprime en premier. Ne voyant rien venir, elle demanda sans en avoir l’air :

— Alors, tu ne m’as pas dit, tes amours, comment cela se passe ? As-tu une amie ? Es-tu fiancé?

— Oh, ben non, surtout pas, j’ai donné pour la vie ! Vive le célibat ! déclara-t-il spontanément. Chat échaudé craint l’eau froide, tu comprends !

— Oui, bien sûr… balbutia-t-elle.

— Les histoires compliquées, les non-dits, les vexations, les reproches, les jalousies, je crois que je suis vacciné ! Sans compter la belle-famille, les gosses, cela occupe une vie ! Maintenant, je suis libre, c’est très plaisant, je t’assure !

— Tu n’as pas tort…

Ils parlèrent encore quelques minutes, tandis que Mathilde contemplait cet homme qui avait fait s’écrouler un rêve secret en quelques phrases, comme s’il pavoisait sur un champ de ruines. Elle finit par comprendre qu’elle avait rêvé toute seule, et décida de reprendre ses esprits, avant de se mettre à pleurer devant lui. Elle dit platement :

— Bon, ben c’était très sympa, mais je vais rentrer, il est très tard !

— Oui, déjà minuit, ton mari est cool, il ne s’inquiète pas ?

— Non-non, il avait quelque chose lui aussi ce soir !

— Ah, formidable, c’est bien d’avoir chacun son activité, bravo !

— Oui, merci, bon, je file ! répondit-elle avec un sourire forcé.

— J’ai eu beaucoup de plaisir à faire ta connaissance, à bientôt, alors !

— Oui, moi aussi, à bientôt avec plaisir.

Ils se firent la bise avec quelques mots amicaux, puis Léo regarda Mathilde s’en aller avec un geste de la main et un sourire, charmante avec ses cheveux clairs, ses épaules douces révélées par sa robe d’été. Elle s’installa au volant, puis démarra en le voyant disparaître dans son rétroviseur avec des larmes qui perlaient à ses yeux. Elle n’y comprenait rien : Comment avait-elle ainsi pu s’éprendre d’un inconnu en quelques heures ? Elle devenait vraiment hystérique, devait-elle consulter un psychiatre ? Ce séminaire de femmes tombait à pic, Maddy saurait peut-être l’aider ? Elle eut de la peine à quitter la ville, s’égarant dans les ronds-points, tournant plusieurs fois pour trouver enfin l’entrée de l’autoroute, les yeux débordant de larmes salées qui mouillaient son visage. Enfin sur la bonne voie, elle se permit de pleurer comme une enfant perdue.

Léo monta en voiture avec le petit pincement d’une émotion bizarre ; la connivence avec Mathilde l’avait touché, il ressentait un drôle de truc au creux de son cœur, là où tout s’était minéralisé depuis sa rupture. Il chassa cette pensée, la liberté et l’indépendance resteraient son salut. Il démarra rapidement et rentra chez lui, prenant les petites routes pour profiter de cette belle nuit étoilée.
























Si vous avez apprécié cet article merci de liker et commenter, ne soyez pas timide... Je remarque une fréquentation croissante de ce site, mais une frilosité à participer... ne fût-ce que par un petit coeur ou commentaire. L'érotisme resterait-il tabou à ce point ?

Vous pouvez aussi vous abonner dans la boite en haut de cette page pour rester informé-e des nouveautés !