google0b0f2e5d80efea36.html

48. Elles

Je redécouvre la chronique d' Alvyane Kermoal de mon livre ELLES, que je relis avec ravissement. Quel plaisir pour moi de voir cet ouvrage ainsi bien compris, apprécié, et partagé ! Merci Alvyane, et bonne continuation en tant que chroniqueuse et autrice, ta sensibilité et pertinence sont tes grandes qualités dans ces deux domaines! 😘😘😘

Je suis d'autant plus ravie, que ce livre reste un peu méconnu, alors que je l'ai écrit sous l'influx d'une inspiration galopante. Je décrirai cela dans mon prochain post. En attendant, voici donc la chronique d'Alvyane.


" Une nouvelle chronique pour vous donner envie de vivre des aventures érotiques à travers les mots d’une auteure pleine de charmes et de rêves.

J’ai nommé June Summer

Voilà, une nouvelle auteure que j'aurai rencontré dans les rues de Paris, plus précisément dans un petit restaurant, grâce à mon Autre.

L’histoire est peu banale, il faut bien le reconnaître. J'ai lu une de ses œuvres, mais comme vous le savez, je n’ai pas accroché du tout, ne parvenant même pas à aller au bout du livre. Comme il y avait une rencontre d’auteurs et lecteurs sur Paris où nous nous rendions, il fut facile, lors du salon du livre de Paris, de retrouver June, mon Autre la connaissant.

La rencontre fut très différente de ce que j'imaginais et mon franc parler ne m'a pas aidé. Après discussion, j’explique à June pourquoi je n’ai pas aimé son œuvre et nous voilà à nous découvrir grâce à ce livre que je n’aime pas. MAGIQUE !

Elle m'offre donc « Elles Contes et histoires érotiques », le dernier exemplaire qui lui reste du salon, avec une petite dédicace… et moi, avec ma légendaire diplomatie lui dis que je serai franche sur ce que je ressentirai pour ce livre de nouvelles.

Alors ? Me direz vous.

C'est simple, j'ai fait des voyages à travers les divers sentiments que l'on peut ressentir dans ce livre. C'est un panel incroyable, où la magie se mêle parfois à la réalité. « Elles » sont fortes de manières différentes, elles vivent leurs fantasmes ou leurs quêtes avec une intensité incroyable. Les larmes ont coulé le long de mes joues, car la mort est aussi de la partie. Le poème « Il ne m'aime plus » m'a vraiment troublé et j'ai ressenti un désespoir sans fond, au point d'éclater en sanglots.

Quant aux défis de Jill, j'ai détesté. Cette soumission me révolte et je n'ai pas pu empêcher ma nature profonde de rejeter, ces images. J'ai éprouvé de l'incompréhension, mais aussi de la colère. C'est si bien écrit que cela ne peut pas laisser indifférent. Ceux qui aiment les scènes de soumission et de domination seront époustouflés, par la qualité des scènes et des réactions, des questionnements de Jill.

Et oui, quand je dis que je déteste, entendez par là un compliment de ma part, surtout en écriture. On m'a dérangé, on m'a bousculé, on m'a obligé à sortir de ma zone de confort.

C'est écrit magistralement.

Alors, j'ai beaucoup souris dans ce livre, car on part dans les quêtes d'une chamane, on envie la touriste qui trouve une certaine petite boite d'étain qui nous échauffe l'esprit, sans parler de Fleur qui se mire dans le miroir et qui... non, non... je ne vous en dirais pas plus.

Oups... si... ne lisez pas ce livre d'une traite ! Il est a apprécié en petite dose. Prenez un texte en fonction de votre état d'esprit, comme un jeu, comme une carte pour décider de ce que seront fait vos rêves cette nuit. C'est ainsi qu'il faut le lire... c'est un livre de contes... de divers contes.

Un livre à lire peut être à deux..."