263 Ditas von Tease suite

Je poursuis le récit de ce très beau spectacle de Dita von Tease auquel j'ai eu la chance d'assister avec Zhom l'autre jour. Un des tableaux était des plus esthétiques : Dita, vêtue d'une tenue noire de type fetish BDSM, en corset de cuir, bas et jarretelles, bottes hautes, tenait en laisse un magnifique couple de panthères...

Ces deux animaux aux gestes humains dansaient la soumission à leur maitresse de manière très sensuelle, animale, excitante, roulant au sol ou tournant au pole danse, leur queue de peluche volant dans les airs....

Les lueurs rouges et feu dansant autour de ce trio maléfique apportaient une atmosphère sulfureuse des plus captivantes, accentuée par les coups de fouet donnés sur le sol par leur maîtresse exigeante...



La photo bien entendu ne rend pas la beauté de ce tableau très spécial, accentué par une musique impressionnante. Ma fois, ce cliché tiré du site Dita von Tease, est un appel à aller voir le spectacle en scène !



Tout cela fut très agréable à regarder : les tableaux fetish sont fascinants et Dita y puise matière à ses spectacles pour cette raison, bien entendu. Cette ambiance nous a rappelé quelques lieux sulfureux de ce genre, où l'action en se limite pas à l'esthétisme pur, mais aussi à la réalisation des fantasmes... J'en parle dans plusieurs de mes livres de la série "Aventures Libertines" dédiée au Cap d'Agde et à ses lieux fetish : Aventures Libertines, le Cap !, L'été de Jordane, et le 3ème tome : "Retour au Cap !". Une série de livres érotiques, amusants, excitants et passionnants à re-découvrir....


Extrait de Retour au Cap !


"C’était un grand espace obscur, éclairé par de multiples petites lampes de style médiéval accrochées aux parois comme des flambeaux, meublé de nombreux grands canapés de cuir, autour de tables basses munies de chaînes, sur lesquelles étaient installées quelques soumises à genoux, vêtues de corsets et de bas, fesses dénudées. Les visiteurs passaient, s’asseyaient sur les canapés et jouaient avec leurs corps offerts…

Par endroits, une cage de fer accueillait un soumis ou une soumise que son maître ou sa Maîtresse y enfermait pour partir se promener dans la boîte à Sévices, ou pour rester en arrière-plan en observant les événements. Ceux qui passaient par là pouvaient caresser les captifs et captives accroupis, les pincer, les embrasser si leur tête dépassait par une ouverture, ou fouetter leur cul, selon leurs envies du moment.

Sur la droite, s’étendait un long bar et ses hauts tabourets, sur lesquels étaient perchées quelques créatures très sexy, exhibant leur plastique parfaite, jambes croisées et bas couture, escarpins et bouches vernies autour d’un fume-cigarette, comme dans les romans érotiques des années 50. Elles les fixèrent en leur souriant, exhibant leurs seins presque nus sous la dentelle de leurs robes courtes, dans une invite explicite.

Derrière le bar, se trouvait près du barman vêtu lui aussi de cuir, une étagère sur laquelle étaient disposés des objets bien étranges : cravaches, fouets, bâillons, godemichés, chaînes de fer, bracelets de cuir, laisses et cordes…

Les cinq compagnons restèrent ébahis sans bouger, observant autour d’eux ce monde extraordinaire. Plus loin, on apercevait des alcôves éclairées de cierges aux lueurs vacillantes, où l’on pouvait discerner des ombres s’agiter autour de soumis ou soumises attachés de diverses manières."



****************************************



Mon Credo : Je pense que la compagnie de livres est indispensable pour nous aider à conserver notre liberté de penser, et surtout de livres érotiques pour conserver notre liberté sexuelle, sensuelle et personnelle !

Lis, lisons, lisez, soyons libres, sensuels, érotiques et uniques !


Ma Pensée