268 Le Jardin extraordinaire

C' est un été très chaud, restons à l'ombre à siroter des trucs pétillants et frais... On adore se promener dans la maison nu.e, la peau agréablement animée par les courants d'air... Certains en profitent pour des ébats au cœur de la nuit, par exemple dans un Jardin extraordinaire...



Extrait de "L'été de Jordane :


" Ils poussèrent la barre de la petite porte donnant sur le jardin, la passèrent rapidement. Celle-ci refermée, ils traversèrent sur la pointe des pieds la grande cour déserte, dont le gravier blanc brillait sous la lune ; celle-ci éclairait la scène comme un gigantesque projecteur, celui d’une pièce de théâtre dans laquelle deux amoureux fuient un monastère austère, pour vivre leur amour en toute clandestinité… Les grands pins parasols apportaient une ombre idéale pour leurs sensuels desseins, et le jardin tout proche les attira pour abriter leurs amours. Tout était parfait, le metteur en scène invisible avait tout prévu, y compris un petit vent qui agitait les arbres et dissimulerait leurs soupirs…

Un coucou chanta les trois coups, une chouette hulula le début de la pièce, la lune était suspendue dans le ciel comme une lampe magique ; les étoiles se mirent à briller de manière éblouissante, avec la Voie Lactée étincelant de milliards de petits feux, juste pour eux, afin d’ajuster la lumière…


Deux amants courent sous la lune de minuit

Pour trouver un coin de paradis dans la nuit,

Ils se baiseront sous les arbres frissonnants,

Et n’oublieront pas ce moment hors du temps.


Les deux complices se dirigèrent discrètement vers l’ombre des grands pins qui les abriterait des regards, pour se distancer du bâtiment imposant qui trônait dans la nuit, tel « le Saint-Siège de Saint-Tropez, surveillant les impies forniquant dans la baie », pensa Jordane avec un sourire moqueur. Elle entraîna son amant loin de ce lieu, au plus profond du Jardin Extraordinaire, qui les accueillit généreusement dans ses recoins obscurs.

Mains dans la main, ils progressaient avec précaution ; la visibilité du terrain était toutefois surprenante, les faisant trébucher dans des obstacles invisibles. Ils se retenaient l’un l’autre de tomber, pouffant de rire comme des adolescents en virée clandestine, avec une impression de transgression et de folie, dans cet endroit si spécial, qui accroissait leurs désirs… Ils s’embrassaient, se touchaient, tandis que les mains de Kenan se faisaient exploratrices, et découvraient avec enchantement les fesses nues de sa compagne sous la petite robe d’été…"




****************************************



Mon Credo : Je pense que la compagnie de livres est indispensable pour nous aider à conserver notre liberté de penser, et surtout de livres érotiques pour conserver notre liberté sexuelle, sensuelle et personnelle !

Lis, lisons, lisez, soyons libres, sensuels, érotiques et uniques !


Ma Pensée de Soutien pour Elles, toutes ces femmes en butte à l'oppression masculine, comme si leur féminité merveilleuse était une tare à effacer, opprimer, éteindre. Je leur souhaite de pouvoir s'en libérer, toutes, car elles le valent bien...



****************************************



Si vous avez apprécié cet article, merci de liker, commenter, ou partager dans les liens sous ce post ; vous pouvez vous abonner en haut de page de ce blog, pour rester informé.e des nouveautés de ce site. Vous trouverez mes livres en version numérique ou papier ici, dont un livre consacré au plaisir féminin : Les Mains de Velours, ainsi que le dernier-né : Retour au Cap ! décrivant les plaisirs estivaux du naturisme et du libertinage au Cap d'Agde, sous le soleil de l'été!